• 85 % de la production mondiale de fourrure se fait dans des “fermes à fourrure”. Enfermés dans des cages allant de 60cm² à 1m² toute leur vie, ces animaux finissent souvent par s’automutiler. Certains sont dépecés vivants. 
  • Les 15 % restants sont chassés dans la nature avec des pièges. 
  • Ils ont pour but d’immobiliser l’animal sans le tuer, et de le laisser agoniser. 
  • Pour un animal piégé, on estime entre un et dix le nombre de victimes collatérales. 
  • Même sans être visés, certains animaux tombent dans les pièges des trappeurs qui jettent leur cadavre. 
  • Pour un seul manteau de fourrure, il faut tuer plus de 50 visons. 
  • Les visons sont élevés sur une période de 7 à 8 mois avant d’être abattus. 
  • Pour obtenir 1 kilo de fourrure, il faut utiliser 563 kilos de nourriture. 
  • Les animaux élevés dans ces fermes spéciales consomment environ 50 kg de nourriture chacun, 11 visons sont nécessaires pour 1kg de fourrure. 
  • Sur 180 animaux tués, seule la fourrure de 42 est utilisée. 
  • Les autres sont tout simplement jetées. 
  • Environ 200 000 visons évoluent dans des fermes à fourrure dans l’hexagone. 
  • En France, 264 tonnes de phosphore sont rejetées dans la nature à cause de l’élevage de visons.
  • La fourrure est l’une des 5 industries les plus polluantes au monde. 
  • Notamment à cause de l’incinération de toutes les carcasses des animaux. 
  • La production de fourrure a un impact 5 fois plus élevé sur les changements climatiques que celle de la laine. 
  • Il faut 20 fois plus d’énergie pour produire un manteau en fourrure qu’un manteau en synthétique. 
  • L’industrie de la fourrure représente 40 milliards d’euros de chiffre d’affaire par an. 
  • Deux renards sont dépecés pour produire une capuche.